Vous consultez présentement les entrées étiquetées ‘émissions de GES’

Ne pas subir les contraintes de la nouvelle donne carbone, mais y faire face et en bénéficier… c’est le défi de l’industrie agroalimentaire au Québec et au Canada

publiée sous: Non classé (Tags: , ) - No Comments

Monsieur Mourad Kharoune, Président d’OCO Technologies, donnera une conférence intitulée « L’industrie agroalimentaire face aux enjeux du marché du carbone» le jeudi 22 avril 2010 dans le cadre du Salon International de l’Alimentation pour le marché nord-américain, le SIAL, qui a aura lieu au Palais des congrès  le 21, 22 et 23 avril 2010. Le programme de toutes les conférences du salon est disponible ici.

Monsieur Kharoune abordera les enjeux et opportunités économiques qu’offre le nouveau marché du carbone. Différents pays, dont les États-Unis et la France, où plusieurs entreprises québécoises et canadiennes exportent, veulent se doter de diverses mesures aux frontières afin de réglementer et taxer l’importation de produits provenant de pays ne faisant pas ou peu d’efforts de réduction des gaz à effet de serre (GES). Parallèlement à cela, le Québec étudie l’idée d’imposer aux entreprises émettant plus de 10 000 tonnes de CO2 équivalent par année à divulguer leur tonnage et à celles émettant plus de 25 000 tonnes d’intégrer des technologies vertes ou d’acheter des crédits de carbone. Ainsi, toutes réductions d’émissions faites par un mécanisme de quantification reconnu pourraient faciliter l’accès à des marchés internationaux, augmenter la compétitivité des produits/services de l’agro-industrie, ainsi que contribuer à générer des crédits de carbone pouvant être transigés sur les marchés volontaires ou réglementés.

Si vous comptez assister à ce congrès et que vous souhaitez rencontrer l’équipe d’OCO Technologies, envoyez-nous un courriel pour prendre rendez vous.

Faudrait-il demander aux partisans de l’équipe canadienne de hockey de compenser leurs émissions de GES?

publiée sous: Insolite (Tags: , ) - Commentaires fermés

On entend souvent que chaque petit geste compte dans la lutte aux changements climatiques. Ceci est vrai, et dans les deux sens. En effet, selon le gestionnaire de la distribution de l’électricité en Ontario (IESO), il y a eu une corrélation parfaite entre une augmentation significative de la demande en électricité tout juste avant le début du match en final de hockey aux Jeux olympiques opposant le Canada et les États-Unis et un retour à la normale tout juste après le but en prolongation de Sidney Crosby. Le IESO a enregistré une augmentation de la demande en électricité de 300 MW juste au début du match.

Si l’on considère que le match a duré de 15h15 à 17h40, soit 2 heures et 25 minutes, cela fait une consommation d’énergie additionnelle de 725 MW. Selon le dernier inventaire canadien des émissions de GES, la production d’électricité en Ontario émet 219,2E-6 tCO2 eq/kWh. Ceci représente donc une augmentation des émissions de GES en Ontario de 158,9 tonnes de CO2 équivalent uniquement pour regarder une partie de hockey. De manière plus imagée, ceci équivaut aux émissions de GES de 35 voitures moyennes durant une année. Considérant un pointage final de 3 à 2 en faveur du Canada, ceci équivaut à 31,8 tonnes de CO2 équivalent par but!!!

La question qui mériterait maintenant d’être posée est faut-il demander aux supporteurs de l’équipe canadienne de hockey de compenser leurs émissions et si oui, de quelle manière?

1 visiteur(s) en ligne actuellement
0 visiteur(s), 1 robots, 0 membre(s)
Maximum de visiteur(s) simultané(s) aujourd'hui: 5 , à 07:25 am EDT
Ce mois: 6 , à 09-04-2018 05:24 am EDT
Cette année: 11 , à 06-13-2018 04:50 am EDT
Tout le temps: 626 , à 12-31-1969 09:01 pm EST