Technologies propres – positionnement stratégique des États-Unis

publiée sous: Non classé - No Comments

Les États-Unis investissent massivement dans les énergies propres et surpassent la Chine à ce chapitre avec plus 56 milliards de dollars US d’investissements en 2011. En plus de la mise en place d’un processus de reconnaissance de la performance énergétique, les États-Unis utilisent divers mécanismes financiers pour accélérer le développement et le déploiement dans ce domaine. Les principales énergies propres ciblées sont le solaire, l’éolien, les smart grid, les technologies avancées de transport ainsi que les biocarburants. La mise en place de projets est rendue possible non seulement grâce aux programmes de financement directs du Département de l’Énergie mais aussi à divers outils financiers permettant de monétiser, en plus des crédits carbone, les crédits d’énergie renouvelable, les crédits d’eau, l’énergie propre, les sous-produits de certaines technologies (digestat). La Californie est à l’avant plan des états américains, particulièrement avec la mise en place du système de compensation des émissions de GES et l’obligation d’inclure une proportion d’énergie renouvelable dans le réseau électrique. Le Canada pourrait emboîter le pas au niveau de l’engagement politique et de l’orientation des États-Unis dans les années à venir. ici

Les experts d’OCO Technologies vous offrent des solutions adaptées afin d’assurer à votre entreprise un développement stratégique et un positionnement parmi l’élite mondiale en considérant le potentiel d’intégration de technologies propres et à haute performance. ici

English version click here

OCO Technologies optimise le prototype de sa technologie SmartCO2 / OCO Technologies optimizes the prototype of its SmartCO2 technology

publiée sous: Non classé - No Comments

OCO Technologies a obtenu une subvention du CNRC dans le cadre du programme PARI pour optimiser le prototype de sa technologie de capture contrôlée et réversible du CO2, le SmartCO2. Avec une solution réactive et une matrice de matériaux spécifiques /non toxiques, la technologie SmartCO2 permet de séquestrer de manière réversible le CO2 en formant des précipités à haute valeur ajoutée. Ces précipités peuvent être réutilisés sous leur forme solide dans différents secteurs industriels ou retransformés en CO2 gazeux pour remplacer le CO2 d’origine pétrochimique.

Si vous souhaitez avoir plus d’information, envoyez-nous un courriel.

————————————

OCO Technologies was awarded a grant from the NRC – IRAP program to optimize the prototype of its controlled and reversible CO2 sequestration technology – the SmartCO2. With a reagent solution and a matrix of specific/non-toxic materials, the technology SmartCO2 can reversibly sequester CO2 to produce precipitates with high added value. These precipitates can be reused in their solid form in different industries or converted back to gaseous CO2 to replace petrochemical CO2.

If you want more information, send us an email.

Atelier de formation sur l’Empreinte Carbone en partenariat avec l’Association pour le Développement et l’Innovation en Chimie au Québec (ADICQ)

publiée sous: Non classé - No Comments

OCO Technologies vous propose un atelier de formation sur (i) les enjeux et opportunités économiques qu’offre le nouveau marché du carbone; (ii) comment réaliser une quantification structurée des gaz à effet de serre (GES) et assurer une gestion stratégique des crédits carbone et (iii) comment et pourquoi réduire son empreinte carbone. Cette atelier aura lieu le Jeudi 3 février 2011: 8h30 à 17h au Carrefour Multisports de Laval.

L’intégration technologique pour quantifier et réduire vos émissions de GES

publiée sous: Evénement, Non classé - 1 Comment

12 mai 2011
13 mai 2011

Monsieur Mourad Kharoune, Président d’OCO Technologies, et Monsieur Martin Brisebois, Directeur des opérations carbone, donneront un cours technique intensif « Quantifier et réduire les émissions de gaz à effet de serre par l’intégration technologique » les 12 et 13 mai 2011 dans le cadre de la formation continue à l’École Polytechnique de Montréal. La description du cours est disponible ici.

 Ce cours est technique et axé vers l’ingénierie ce qui permettra aux participants d’avoir des exemples concrets et des cas relatifs à la réalité des entreprises et des institutions privées ou gouvernementales. Ce cours abordera l’ensemble des enjeux et opportunités économiques qu’offre le nouveau marché du carbone par l’intégration technologique. À l’issu de ce cours intensif, chaque participant recevra 1,5 unités d’éducation continue (UEC).

Si vous comptez assister à ce cour et que vous souhaitez rencontrer l’équipe d’OCO Technologies, envoyez-nous un courriel pour prendre rendez vous.

Calcul de l’empreinte Carbone – un enjeu majeur pour l’industrie chimique

publiée sous: Evénement, Non classé - 4 Comments

4 novembre 2010

Monsieur Mourad Kharoune, Président d’OCO Technologies, donnera une conférence intitulée « Calcul de l’empreinte Carbone – un enjeu majeur pour l’industrie chimique» le jeudi 4 novembre 2010 dans le cadre du 8e forum de l’association pour le développement et l’innovation en chimie au Québec, l’ADICQ, qui a aura lieu au club de Golf Métropolitain Anjou. Le programme de toutes les conférences du forum est disponible ici.

Monsieur Kharoune abordera les enjeux et opportunités économiques qu’offre le nouveau marché du carbone. Comment et surtout pourquoi réduire l’empreinte carbone de l’industrie chimique.

L’industrie chimique comme l’ensemble des secteurs industriels émetteurs de gaz à effet de serre (GES) doit faire face aux contraintes de la nouvelle donne carbone.

Aux États-Unis tout comme en Europe, il est question de se doter de diverses mesures aux frontières afin de règlementer et taxer l’importation de produits provenant de pays ne faisant pas ou peu d’efforts de réduction des GES. Bien qu’il y ait des ratées au niveau politique, le secteur privé a déjà entamé un profond changement vers une économie basée sur le carbone.

Dans pareilles circonstances, comment l’industrie chimique québécoise peut-elle se positionner? Toutes les entreprises ne seront pas affectées de la même manière dans cette économie du carbone. Cependant, toutes peuvent en tirer avantage si elles comprennent la stratégie de gestion du carbone et qu’elles savent la mettre en application.

Si vous comptez assister à ce forum et que vous souhaitez rencontrer l’équipe d’OCO Technologies, envoyez-nous un courriel pour prendre rendez vous. 

Valeur du carbone au Canada pour 2020

publiée sous: Non classé - 4 Comments

L’Organisation de Coopération et de Développement Économique (OCDE) estime que le droit d’émettre une tonne de dioxyde de carbone équivalent (tCO2e) en coûtera de 25,3 à 27,7 dollars US en 2020 selon les engagements du Canada à l’Accord de Copenhague; objectif de réduction de +3% sous 1990. Ces conclusions proviennent d’une analyse des impacts économiques issus des objectifs de réduction des émissions de GES post Kyoto des pays développés et en développement. Les entreprises canadiennes se doivent d’évaluer leurs émissions afin de connaître leur seuil d’émission et quel est leur potentiel carbone, car les grands émetteurs seront forcés de réduire ou de compenser en achetant des crédits compensatoires générés par les plus petits émetteurs.

Le marché mondial du Carbone …le processus est en marche

publiée sous: Non classé - 1 Comment

L’Europe et les États-Unis se tournent vers une économie de plus en plus sensible aux émissions de GES. Au mois de Juin, la commission européenne a commandé une deuxième étude d’impacts d’une taxe carbone en 2013 sur l’économie des 27 pays de l’Union Européenne. Cette taxe affecterait les sources non incluses dans le système de plafonnement et d’échange européen (EU ETS). Le coût reste encore à déterminer. M. Algirdas Šemeta a proposé une taxe carbone comprise entre €4 et €30 ($5-37) par tonne CO2e.

EU taxation commissioner Algirdas Šemeta has proposed in an internal paper that, from 2013, sources of greenhouse gases that are not covered by the EU’s Emissions Trading Scheme (ETS), such as agriculture, transport and households, be subject to a carbon tax of between €4 and €30 ($5-37) per tonne.

Carbon Finance, 30 Juin 2010

Quant aux États-Unis, l’arrivée du siège social de la division des gaz à effet de serre de Cantor (CantorCO2e) à New York, indique clairement que le marché carbone Nord Américain est en train de se mettre en place.

CantorCO2e, one of the oldest environmental markets brokers, has shifted its broking of European carbon markets from London to New York, following a strategic review of the business.

Carbon Finance, 30 Juin 2010

Quand le président américain s’en mêle…

publiée sous: Non classé - 1 Comment

Le climat politique américain se retrouve subitement dans une situation avantageuse pour la passation d’un projet de loi, American Power Act (APA), qui mettrait en place un système national de plafonnement et d’échanges des émissions de gaz à effet de serre (GES) aux États-Unis … je m’explique. Dans le contexte entourant la catastrophe pétrolière dans le Golf du Mexique, le président Barack Obama a déclaré cette semaine que les États-Unis doivent se détourner de leur dépendance aux combustibles fossiles vers les énergies renouvelables. Obama rappel par la même occasion l’importance pour les États-Unis de se doter d’une législation limitant les émissions de GES. Rappelons que ce projet de loi est présentement en mode stationnaire au Sénat. Les droits d’émission qui seraient issus de ce projet de loi sont estimés à 16$ (US) en 2013, 39$ en 2030 et 102$ en 2050 la tonne de dioxyde de carbone.

Time and again, the path forward has been blocked, not only by oil industry lobbyists, but also by a lack of political courage and candor, Obama said.

Carbon Finance, 16 Juin 2010

Mais ce n’est pas tout. L’agence américaine de protection de l’environnement (EPA) conservera dorénavant tous ses droits de légiférer les GES aux États-Unis, un droit que certains Sénateurs tentaient de bloquer. Les astres sont donc bien alignés pour la mise en place d’un cadre règlementaire contraignant des émissions de GES aux États-Unis au cours de l’été 2010. Le gouvernement canadien suivra la vague américaine, tandis que le Québec a déjà pris les devants en adoptant une cible de réduction exemplaire, -20% sous le seuil de 1990par ses nombreux programmes et par l’adhésion à un système de plafonnement et d’échange pour 2012. Si votre entreprise développe le marché américain, vous serez amené à déclarer les émissions de GES de vos produits par l’intermédiare d’une empreinte carbone.

Effet concret de la nouvelle donne économique

publiée sous: Non classé - 1 Comment

Avec l’instauration d’un système de plafonnement et d’échanges (cap and trade), les enjeux associés au carbone auront une incidence dans différentes sphères économiques pour les entreprises québécoises. On a qu’à observer chez nos voisins européens, qui font parties d’un système d’échanges réglementé, le lien intrinsèque entre la valeur des droits d’émission et la hausse du coût d’une énergie telle que le gaz naturel. En considérant que les combustibles fossiles de qualité, tel que le gaz naturel, émettent peu de GES lors de la combustion, tandis que ceux dit « sales », tel que le mazout et le charbon, génèrent davantage de GES pour la même quantité de chaleur calorifique créée. Dans le dernier cas, avec la montée du coût du gaz naturel en Angleterre, les entreprises se sont tournées vers la consommation d’autres sources d’énergies moins dispendieuses comme le charbon. Ce faisant, les émissions de GES de ces entreprises ont augmentés, provoquant ainsi une augmentation de la demande pour des droits d’émissions au début du mois de juin 2010, et par conséquent leur valeur monétaire; ces droits ou crédits compensatoires étant nécessaires afin de respecter les seuils d’émissions du système de plafonnement et d’échanges.

Carbon prices have risen in the last week, following an increase in natural gas prices. Prices are up from a close last Wednesday of €15.27 ($18.41) for EU allowances (EUAs) for delivery in December 2010, to around €15.85 today.

Carbon Finance, 9 Juin 2010

Les entreprises seront donc amenées à intégrer cette logistique carbone au sein de leur entreprise si elles veulent tirer leur épingle du jeu. La mise en place d’une gestion stratégique et durable de vos émissions de GES est une première étape essentielle afin de tirer profit de cette nouvelle donne économique. OCO Technologies peut vous aider à développer un plan stratégique sur mesure.

Déclaration obligatoire des émissions de GES maintenant officialisée

publiée sous: Non classé (Tags: , , ) - 1 Comment

Le 2 juin dernier, le gouvernement du Québec communique publiquement les modifications apportées au règlement sur la déclaration des émissions de GES sur son territoire. Le gouvernement s’attend à recevoir un minimum de 215 avis de déclaration conforment à la nouvelle règlementation d’ici le 1er juin 2011. En abaissant le seuil de déclaration de cinq fois, votre entreprise pourrait maintenant être visée par ce règlement, par exemple si vous êtes une entreprise qui consomme une quantité appréciable de combustibles fossiles ou qui utilisent de grandes quantité de réfrigérants. Mieux vaut prévoir à l’avance et faire ses devoirs dans ce dossier, parce que la mise en place d’un marché du carbone « règlementé » se structure et le Québec en fait partie avec un coût de départ prévu de 10 $ canadiens par droit d’émission. Les changements dans la règlementation seront applicables dès la mi-juin 2010 pour toutes les entreprises émettant 10 000 tonnes de dioxyde de carbone équivalent et plus. Si vous voulez avoir l’heure juste sur votre situation, les professionnels d’OCO Technologie se feront un plaisir de vous éclairer.

3 visiteur(s) en ligne actuellement
0 visiteur(s), 3 robots, 0 membre(s)
Maximum de visiteur(s) simultané(s) aujourd'hui: 6 , à 06:09 pm EDT
Ce mois: 6 , à 09-04-2018 05:24 am EDT
Cette année: 11 , à 06-13-2018 04:50 am EDT
Tout le temps: 626 , à 12-31-1969 09:01 pm EST